Conservatoire Botanique National Sud-Atlantique

Conservatoire Botanique National Sud-Atlantique
Connaître et protéger la biodiversité végétale en Aquitaine et Poitou-Charentes


Accueil | Conservation des espèces et habitats rares et menacés | Vous êtes ici : Programmes
Contactez-nous | 





LE PLAN DIRECTEUR DE CONSERVATION

 

Les actions de conservation ciblées sur les espèces végétales seront menées avec un outil planificateur qui est le point central de la stratégie de conservation du CBNSA : le plan « directeur » d’évaluation. Ce diagnostic initial constitue l’élément de base au déclenchement des différents types de plans de conservation opérationnels. Il permettra de hiérarchiser les enjeux, les priorités et degrés d’urgence, de définir un programme d’actions sur 5 ans, et in fine de l’évaluer.

 

LES PLANS DE CONSERVATION

 

 

Les plans de conservation opérationnels sont des outils adaptables et adaptés à des situations réelles très variées et constatées des espèces sur l’interrégion : 6 plans complémentaires ont été identifiés.

Les trois premiers concernent des plans d’envergure :

  • le plan de conservation « simplifié » (outil de base centré sur l’analyse des stations) sur 1 ou 2 ans ;
  • le plan de conservation « détaillé » (monographie de l’espèce) sur 3 à 5 ans ;
  • le plan de conservation « globalisé » ou plan de conservation d’habitats sur 3 ou 5 ans et ciblant plusieurs espèces.

Les trois suivants concernent des procédures urgentes ou synthétiques :

  • le plan « local » de conservation, document centré sur un site ou un groupe de sites et émanant généralement de la demande d’un gestionnaire ;
  • le plan « d’urgence », visant à justifier des actions urgentes (destruction imminente de stations, récoltes ex situ, mesures ponctuelles de gestion, etc.) ;
  • le plan « de veille », visant des espèces d’intérêt particulier, non menacées à court terme, parfois assez répandues localement mais pouvant évoluer (cueillette) ou pour lesquelles des évaluations sont souhaitées au niveau européen (Annexe V, ex : Ruscus aculeatus).

Dans une démarche globale et générale pour une espèce ou un groupe d’espèces, les plans de conservation pluriannuels s’organisent généralement en quatre grandes phases :

  • réalisation d’une synthèse sur les connaissances actuelles des espèces concernées à partir de l’exploitation de la bibliographie, du dépouillement d’herbiers et des observations réalisées sur le terrain ;
  • visite des stations répertoriées pour la réalisation d’une étude stationnelle précise avec une collecte d’informations d’ordre biologique, écologique, … ;
  • lancement d’études éventuelles en biologie des populations et/ou en génétique (pas systématique) ;
  • proposition d’un plan d’actions comprenant des mesures de conservation in situ et ex situ des espèces considérées en collaboration avec les gestionnaires préalablement identifiés.

 

 

En attendant de se doter du plan « directeur » d’évaluation, le conservatoire a mis en place des actions en faveur de certaines espèces particulièrement menacées pour lesquelles pratiquement aucune action n’avait encore été entreprise sur l’inter-région : Isoetes histrix, Ophioglossum azoricum, plusieurs Elatines (Elatine brochonii, E. macropoda), Silene laeta, Anagallis crassifolia, etc. et plusieurs espèces d’intérêt communautaire avec Angelica heterocarpa, Rumex rupestris et Dichelyma capillaceum.

 

 

LE DOCUMENT PRÉ-OPÉRATIONNEL D’ORIENTATION

 

Le document pré-opérationnel est un rapport de quelques pages qui évalue très sommairement une espèce. C’est un préalable aux plans de conservation d’envergure qui précise les modalités techniques, financières et calendaires d’un futur plan.

 

LE PLAN DE CONSERVATION OPÉRATIONNEL

 

L’exemple du plan pluriannuel (2007-2010, puis 2011-2012) de « Conservation des berges à Angelica heterocarpa sur le bassin Adour-Garonne ».

Ce programme spécifique va permettre :

  • de mieux connaître la répartition, l’écologie et la biologie de l’Angélique des estuaires ;
  • d’analyser les modes actuels de gestion des berges expérimenter des protocoles de gestion ;
  • d’informer les différents acteurs de la gestion des grands fleuves ;
  • de conserver l’Angélique des estuaires et les autres espèces patrimoniales des berges. Lutte contre les espèces envahissantes.

 

 


Réalisé par le CBSA
avec l'appui de l'ORE
Informations légales | Aide à la navigation | Plan du site | Zone privée